Friday, December 16, 2011

Scientific journals and libel

Shrink draws our attention to a 15 November 2011 article in French about the El Naschie v Nature case.


Revues scientifiques et procès en diffamation
Écrit par Droit-medical.com
Mardi, 15 novembre 2011 10:47

Justice et liberté d'expressionLe 11 novembre 2011, s'est ouvert à Londres un procès en diffamation qui pose, une nouvelle fois, la question de la crédibilité de certaines grandes revues scientifiques et celle de la liberté d'expression de ceux qui oeuvrent à une plus grande transparence dans les domaines scientifiques et médicaux. Le plaignant, Mohamed El Naschie, est un ingénieur égyptien, mathématicien et physicien, ancien éditeur en chef de la revue Chaos, Solitons et Fractals des éditions Elsevier. Il reproche à la célèbre revue Nature de l'avoir accusé dans l'un des articles publiés en 2008 de s'être servi de son poste de rédacteur en chef afin de publier de nombreux articles écrits de sa main sans qu'ils aient été appréciés et validés par ses pairs, comme l'explique le BMJ.

Il faut savoir que les revues scientifiques qui jouissent de la plus grande crédibilité sont, de nos jours, basées sur un système qui oblige les auteurs désireux de faire connaître le résultat de leurs travaux au sein d'une telle revue à soumettre leurs articles à son comité de lecture composé d'experts dans le domaine évoqué. Ce comité est censé relire ces articles avec un oeil critique, s'assurer que les recommandations aux auteurs propres à chaque revue ont bien été respectées, faire des remarques ou émettre des réserves sur la méthodologie employée pour obtenir les données présentées, apprécier la qualité et valider ou non l'ensemble de ce qui a été soumis. En procédant ainsi, une revue scientifique est censée diminuer les risques de faire paraître dans ses colonnes des travaux manquant de rigueur, d'objectivité, voire même des études falsifiées. Qu'une revue dispose d'un comité de lecture ne suffit pas à faire d'elle une publication de référence, mais sans comité de lecture une publication n'a aucune chance, à l'heure actuelle, de devenir une référence.
C'est sur ce principe que reposent, entre autres, les grandes revues médicales ou les publications de référence en droit. En santé, il est d'autant plus important de respecter ces règles de fonctionnement que les articles tirés de ces revues vont ensuite être utilisés pour influencer la politique de santé, permettre à des médicaments de s'imposer ou à des techniques chirurgicales de prendre leur essor.
Même si ne pas soumettre son travail avant publication à la critique de ses pairs ne présage en rien de sa qualité ou de son intérêt, il en va de la crédibilité du système que la procédure soit respectée, tout particulièrement par ceux qui sont à sa tête et qui se doivent de montrer l'exemple.

Pour les éditeurs de Nature, des doutes existent quant à la relecture des travaux de Mohamed El Naschie publiés dans la revue dont il était rédacteur en chef, élément que conteste l'intéressé et qui l'a amené à poursuivre devant les tribunaux le journaliste à l'origine de cette affaire et le Nature Publishing Group, appartenant à la société Macmillan Publishers Limited basée en Angleterre et au Pays de Galles. Pour l'avocat de Nature, il s'agit là d'un « enjeu fondamental pour la liberté d'expression scientifique ». En effet, cette affaire est la dernière d'une série d'actions en diffamation relatives à des questions scientifiques qui, selon cet avocat, nuirait à la liberté des débats au sein de la communauté scientifique. Comment imaginer qu'il ne soit pas possible de remettre en question le travail d'un scientifique, surtout lorsqu'il ne respecte pas les standards de sa profession, sans encourir une plainte pour diffamation ?

Nature a passé deux ans à préparer son dossier et a interrogé plusieurs scientifiques pour recueillir un avis sur les travaux de M. El Naschie. Selon ces derniers, les publications de cet auteur étaient de « mauvaise qualité » et leur relecture laissait à désirer. C'est en se basant sur ces témoignages que la revue Nature a décidé de publier un article à ce sujet.

M. El Naschie, après avoir fait appel à un cabinet d'avocats acceptant de n'être payé qu'en cas de victoire, assure désormais seul sa défense. Bien qu'ayant engagé la procédure, il a informé la cour qu'il ne disposait pas des moyens nécessaires pour se présenter devant elle, d'autant qu'il ne séjournerait en Grande-Bretagne qu'épisodiquement. Pour la revue Nature, l'auteur indélicat partagerait son temps entre l'Égypte, les États-Unis, l'Allemagne, la Suisse et l'Angleterre et tenterait de faire traîner l'affaire. Une situation qui n'est pas favorable à Nature, selon la juge en charge de cette affaire, car même si la revue est reconnue innocente, elle ne pourra vraisemblablement pas obtenir de la partie adverse le remboursement des frais de procédure.

En Angleterre, selon le BMJ, le montant élevé des frais engagés pour se défendre d'une plainte en diffamation et l'issue judiciaire incertaine de telles affaires ont amené le gouvernement à réfléchir à une réforme des procédures afin qu'elles ne soient pas utilisées pour nuire à la liberté d'expression et à la santé publique. Une arme qui n'est pas propre aux Anglais à en juger par des affaires comme celle du médecin australien attaqué par le fabricant d'un produit amaigrissant, celle du chercheur ayant critiqué l'excès de sel dans les produits alimentaires ou dans le cas du Mediator et maintenant du Protelos.



Here is Google's English translation.

Scientific journals and libel
Written by right-medical.com
Tuesday, November 15, 2011 10:47

Justice et liberté d'expression On November 11, 2011, opened a London libel raises, once again, the question of the credibility of some major scientific journals and of freedom of speech of those who work for greater transparency in scientific and medical fields. The complainant, Mohamed El Naschie, is an Egyptian engineer, mathematician and physicist, former chief editor of the journal Chaos, Solitons and Fractals of Elsevier. He blames the renowned journal Nature accused of having in one of the articles published in 2008 for having used his position as editor to publish many articles written by him without having been appreciated and validated by his peers, as explained in the BMJ .

Be aware that the scientific journals that enjoy greater credibility are, nowadays, based on a system that requires authors eager to know the result of their work in such a review to submit their articles to its reading committee composed of experts in the field mentioned. This committee is supposed to read these articles with a critical eye, ensure that the recommendations to the authors of each review have been met, make comments or express reservations about the methodology used to obtain the data presented, assessing the quality and choose whether or not all of what has been submitted. In this way, a scientific journal is supposed to reduce the risk of publishing in its columns the work lacks rigor, objectivity, or even falsified studies. A review has a peer is not enough to make her a reference publication, but published peer has no chance, at present, to become a reference.
It is based on the principle that, among other major medical journals or reference publications in law. In health, it is especially important to respect these rules as articles from these journals will then be used to influence health policy, allowing drugs to impose or surgical techniques to take their off.
Although not present his work before publication to criticism of his peers do nothing omen in its quality or its value, so does the credibility of the procedure to be respected, especially by those who are headed and who should lead by example.

For the editors of Nature, there are doubts about the proofreading work Mohamed El Naschie published in which he was editor, challenging the item concerned and which led him to sue the journalist the origin of this case and the Nature Publishing Group, owned by the company Macmillan Publishers Limited based in England and Wales. Advocate for Nature, this is a "fundamental issue of freedom of scientific expression." Indeed, this case is the latest in a series of actions for defamation relating to scientific issues, according to the lawyer, would undermine the freedom of debate within the scientific community. How can we imagine that it is not possible to question the work of a scientist, especially does not meet the standards of his profession, without incurring a defamation suit?

Nature has spent two years preparing his case and interviewed several scientists to gather opinions on the work of Dr. El Naschie. According to them, the publications of this author were "poor" and proofreading was poor. It is based on the testimony that Nature has decided to publish an article about it.

Mr. El Naschie, after appealing to a law firm willing to be paid in case of victory, now provides his own defense. Although he initiated the process, he informed the court that he did not have the capacity to appear before it, especially since it would not stay in Britain occasionally. In the journal Nature, the author divided his time between indelicate Egypt, the United States, Germany, Switzerland and England and try to drag the case. A situation that is not conducive to Nature, according to the judge in charge of this case, because even if the journal is found innocent, it is unlikely to get the other party reimbursement of costs.

In England, as the BMJ, the high level of costs incurred to defend a libel suit and the outcome uncertain justice in such cases have led the government to consider a reform of procedures so that they are not used to interfere with freedom of expression and public health. A weapon that is not unique to English judging by cases such as the Australian doctor attacked by the manufacturer of a weight-loss product , that of the researcher who criticized the excess salt in food or in the case of Mediator and now Protelos .


Mrs. Justice Sharp's decision on the case is expected in January.


Translate English to Arabic
محمد النشائى El Naschie Watch محمد النشائي El Naschie News محمد النشائى محمد النشائي All El Naschie All The Time محمد النشائى
StumbleUpon.com

No comments:

Post a Comment